Eté 2023

Du dimanche 9 juillet au vendredi 14 juillet

Hommage à Marcel MOULIN

Pastel

Nous souhaitions débuter cette saison d'expositions par une exposition-hommage à Marcel Moulin, pastelliste de renom récemment disparu.

« Personnage discret, passionné de pastel, l'artiste prenant toujours un très grand plaisir à parcourir les sentiers sous les frondaisons ou les plages de Normandie, sa terre d'adoption. Sa carrière dans l'enseignement lui avait donné le goût de la transmission de ses connaissances qu'il partageait volontiers et avec générosité. » Pratique des Arts

Amoureux de la nature, il travaillait essentiellement sur le motif devant les paysages qui l'inspiraient. La couleur et la lumière caractérisent ses oeuvres.

Marcel MOULIN a reçu de nombreux prix, parmi lesquels :

  • le 1er prix des Pastellistes de France en 2014.
  • le prix du pastel à Saint-Suliac en 2015,
  • le 1er prix du salon Pastel en France de Giverny en 2016,
  • le 1er prix du salon de Saint-James,

Il a exposé dans plusieurs galeries :

  • galerie Saint-Hubert à Lyon,
  • galerie du domaine perdu à Meyrals (Dordogne),
  • galerie Wimbledon Fine Art LTD à Londres.
"Rivière en Dordogne"

Du dimanche 16 juillet au vendredi 21 juillet

Lyne et Philippe Kermel-Lacombe

Céramique

Lyne : «  Mes mains façonnent la terre et mon esprit abandonne les contraintes, lâche prise. Je me laisse cueillir par la magie de la création, dans c voyage intérieur. Le raku, comme les différentes techniques que j'utilise, m'offre  la liberté et la surprise à chaque étape : grâce au travail du feu, la pièce est unique, vivante et nous fait l'offrande d'une émotion profonde. Le fer y ajoute le contraste des éléments et la force. C'est dans le regard de l'autre que mes créations prennent véritablement leur sens. »

Philippe : « Afin de participer à l'acte créatif de la sculpture céramique raku, les gestes anciens sont revenus à la surface avec leur puissance et leurs limites. Fer et acier deviennent à mes yeux de la matière première utile à tordre, à assembler et à souder, n'hésitant jamais à faire intervenir ci-et-là des structure de bois afin de « mettre en scène » le raku.

Denise Louin-Lecoeur

Peinture

Autodidacte, elle peint depuis une quinzaine d'années ; son médium est l'acrylique sur toile, bois ou papier. ses thèmes sont variés : paysages, portraits, natures mortes et scènes d'intérieur. L'utilisation de la couleur, d'un certain flou obtenu à l'aide d'un médium, les différentes couches et grattages créent un style bien particulier et reconnaissable.

Les portraits expriment des émotions par le jeu des regards, l'attitude, et le style sans esbroufe. Derrière la douceur revendiquée, se cache une certaine mélancolie, une tranquille profondeur.

Bien que figuratif, le résultat n'est pas réaliste et privilégie l'imagination, le rêve puisque tout est possible mais rien n'est réel. Elle recherche avant tout l'émotion en créant des ambiances aux accents nostalgiques et doux.

Soizik Oger-Legoff

Peinture

Musicienne et historienne, c’est finalement de la troisième corde de son arc, la peinture, qu'elle a choisi de vivre. Dans son atelier rennais, elle enseigne le dessin et la peinture depuis près de trente ans, tandis qu'elle expose très régulièrement dans toute la Bretagne, en Anjou et en Normandie.

Elle peint les paysages de mer et les terres armoricaines qu'elle connait et qu'elle découvre encore au gré de ses randonnées.

«  Je peins à l’huile, au pinceau, en pleine pâte. Je reconstruis ma toile d’après mes prises de notes photographiques, de façon à styliser l’essentiel de ce qui m’a touchée sur le moment, sans me perdre dans les détails. Ce qui reste, ce sont les lignes de force, le mouvement, la perspective et les contrastes, qui créent la grille me permettant de poser mes couleurs. »

"Affleurements"

Du dimanche23 juillet au vendredi 28 juillet

Sylvie Andrieu

Sculpture

Elle a étudié la sculpture et la céramique auprès de Françoise Rosbach pendant plusieurs années puis a ouvert son atelier en 2006. Elle travaille essentiellement l’argile à travers diverses techniques (l’utilisation des oxydes, de l’émail), le bois tel qu’il est au naturel ; il peut servir aussi de support à des compositions.

Elle expose depuis 2007 en Normandie, en Belgique, des pièces uniques essentiellement figuratives, inspirées de la vie quotidienne et des émotions qu’elle provoque.

/

Françoise Lecampion

Peinture

lle découvre la peinture en 1983 par le biais de l'aquarelle et fonde rapidement au Chesnay un atelier consacré à cette technique.

« Je pratique régulièrement le nu académique, directement à l’encre, sans repentir, ce qui permet spontanéité et fraîcheur. En 1993, j’aborde l’huile au conservatoire d’arts plastiques de Fresnes et je m’y consacre pleinement. Depuis 2002 j’habite en Normandie, un lieu idéal pour vivre et travailler. Mes sujets et mes techniques sont variés (huile, aquarelle, encre, modelage...). Je puise mon inspiration dans la nature et dans les voyages magnifiés par le souvenir. L’émerveillement de la découverte mène toujours à la peinture. A l’aquarelle, je fais beaucoup de recherches dans le mouillé pour une couleur plus éclatante. A l’huile, j’opte pour un travail au couteau avec de larges aplats, ce qui permet d’épurer le dessin et d’explorer les possibilités infinies de la matière et de la couleur. »

"Marine aux eaux turquoises"

Samy

Sculpture

« Artiste en récupération depuis 2016, je travaille la plupart des matériaux «usagés» selon différents concepts.

Je vous propose une exposition de sculptures dont la matière première est composée d’éléments de récupération : des bidons de 200L usagés, découpés, martelés, limés ; parfois le métal est nu, parfois il est coloré à la flamme ; d'autres fois, les peintures d’origine sont présentes .

Je suis dans une période de créations « japonisantes » et asiatiques dont je vous présente quelques exemples. »

"Poisson ligne"

du dimanche 30 juillet au vendredi 4 août

Corinne Caillé

Pastel, sculpture

Après avoir pratiqué différentes techniques picturales, elle décide de se former à l’art du pastel auprès de maîtres pastellistes de renom. Elle adopte ce médium en 2003 et en fait sa spécialité.

Après s'être confrontée au portrait, elle peint des scènes de plage et, particulièrement sensibilisée aux problèmes environnementaux qui touchent l’océan proche de sa résidence, elle se tourne vers l’eau d’une façon générale.

« Depuis 2019, cette prise de conscience m’amène à travailler principalement sur la représentation de l’humain au sein même de l’océan ou plus généralement en milieu aquatique. »

Côté terre, elle réalise des modelages de personnages en grès depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui ces derniers sont mis en scène de façon à accompagner sa démarche dans le contexte de la relation de l’homme avec l’eau.

"Féérie aquatique"
"Le colibri"

Patrick Henry

Pastel

Patrick HENRY, artiste peintre pastelliste normand, se définit comme un autodidacte à la recherche de l’ombre et la lumière, par l'utilisation de la couleur.

Il peint principalement des paysages, au pastel exclusivement, sans estompe, une peinture lumineuse et fortement contrastée qu’il aime partager dans les salons, avec les membres de nombreuses associations de Pastel en France, en Belgique ou ailleurs, et les lecteurs des magazines « Pratiques des Arts » et « Plaisirs de Peindre », qui publient régulièrement des démonstrations en pas à pas de son travail.

Son arrivée dans le Sud-Manche depuis début 2018 a été la source de nouvelles inspirations, dans la baie bien sûr, mais aussi au cœur de la magnifique vallée de la Sée où il réside dorénavant.

"Le grand port"

Sylvain Salmon

Photographie

Regarder, voir, observer, attendre, patienter, « faire le tour du sujet » pour trouver le bon angle, la bonne lumière… Le choix du cadrage, de la technique à mettre en place, le net, le flou, le plan large ou rapproché, … Tout peut être photographié et tout mérite de l’être … et tout est plaisir à le faire !

« Je refuse l’enfermement dans un style photographique défini afin de pouvoir naviguer librement dans chacun de ceux-ci. Alors je navigue … couleur ou noir et blanc, photographie autour de l’humain, nature, architecture, photographie contemporaine, conceptuelle, abstraction, … Mes photographies sont le reflet d’instants de vie souvent brefs parce que naturels ; le reflet d’une émotion face à une situation, une lumière, un environnement, un graphisme, … ou encore le reflet de rencontres…"

( ICM (Intentional Movement Camera) Alors que la règle générale en photographie faisait l’éloge de l’hyper netteté et de l’hyper précision des détails (HDR), avec la technique du mouvement intentionnel de l’appareil photo, l’auteur fait fi de toutes ces conventions pour s’ouvrir au monde de l’abstraction picturale, pour ne plus se concentrer que sur les lignes, les formes, les couleurs, les textures, etc… proposant à chacun des spectateurs de laisser libre cours à son imaginaire…)

"Bois-filé"

Du dimanche 6 août au vendredi 11 août

André Daumel

Peinture, collage

« 60 ans de regard et d'observations pour un jour décider de transposer ses émotions dans la couleur et la forme ."

"Adapter son geste au périmêtre du support et oser, toujours oser plus. »

« Avouer par l'expression picturale les fondements mêmes de l'inconscient, c'est ce que j'aime à montrer. Il n'y a pas de savants mélanges mais des opportunités que seule ma sensibilité amène à un paroxysme coloré. La matière entre en scène pour accentuer le ressenti. C'est une peinture fondamentale, automatique où surréalisme et lyrisme se provoquent, s'entrechoquent. »

"Transe sans danse 1"

Jean-Louis Patrice

Peinture

« Jean-Louis Patrice s'adonne surtout au portrait, mais, grâce à ses compétences en dessin industriel, il apporte au sujet un sens étrange, quasi mystérieux de la définition du tempérament et de l'humeur du modèle. C'est, avant tout, un bâtisseur d'âme par le trait, par cet art indispensable du geste qui creuse en premier le chemin des sentiments et des expressions. » André Ruellan

« Ma démarche artistique est très orientée vers un travail expressionniste, dont les sujets privilégiés sont l’humain, l’animal et l’arbre en tant qu’être vivant. Je pratique également un travail de sculpture métallique sur cuivre. »

Michèle Trédé

sculpture

Revenue en 2006 dans sa région d'origine, après quelques années parisiennes, elle se consacre pleinement à la sculpture. Elle travaille la glaise ,le bois, la pierre, de plus en plus le bronze, travail intense, révélation concrète du tout sensible. Pour elle, l'art va de l'infiniment petit à l'infiniment grand. C'est un mode de vie ; libération de l'expression, la création s'impose comme nécessité.

« Souvent je médite sur ce désir de donner à voir la forme. Cette forme créée par l’assemblage de toutes mes perceptions émotionnelles, au contact de toutes natures, celles qui nous constituent, celle de notre humanité qui me touche particulièrement dans sa beauté si complexe, ses doutes , son désir d’ amour. Je ressens très fortement le corps et l’esprit liés dans un construit culturel et social mais aussi le lieu de l’affectif et de l’émotionnel. »

"Baigneuse"

Du dimanche 13 août au dimanche 18 août

Nelly Carnet

Peinture

C’est à 14 ans qu’elle découvre l’abstraction qu’une peintre lui fait découvrir à travers son propre travail en lui conseillant de commencer à peindre. L’abstraction est vécue comme une révélation.

Elle adopte très rapidement l’acrylique pour son séchage rapide plus approprié au travail de l’abstraction vers laquelle elle s’est dirigée . L’abstraction lyrique s’est imposée à elle pour le geste, les envolées, l’expression de l’inconscient qui vient se projeter sur la toile.

Elle peint à plat sans jamais préparer ses couleurs qui sont projetées et mélangées sur la toile. Elle va vers l’inconnu. Elle ignore ce qu’elle va peindre. Elle laisse la main, l’imaginaire, l'inconscient, l’existence et les ressentis parler librement. Peindre est pour elle pure énergie, mouvements de la vie dans tous les sens.

"Paysage sonore"

Jean-Yves Desfoux

Photographie

Retraité d’une longue carrière de photojournaliste, Jean-Yves Desfoux habite maintenant à Bricqueville/mer au nord de Granville, où avec son épouse créatrice en bois flottés, ils ont ouvert un atelier d’artistes.

« Toujours habité par cette passion de l’image j’aime à sillonner nos plages et notre littoral, en quête continuelle de ses lumières changeantes, de ses ciels d’orage, du spectacle des grandes marées et des tempêtes. Notre région est un incroyable régal pour l’œil ».

Les œuvres photographiques sont à découvrir dans cette exposition sous forme de tirages originaux numérotés, sur dibons ou sur toiles, en formats panoramiques voir aussi, pour certains, sous forme de tryptiques.

Le loup dans la tempête

Alain Triballeau

Sculpture

RAKU, ivresse du hasard entre ciel et terre

Défournement à température élevée, tressaillage de l'émail, à corps perdu dans la fournaise, accord retrouvé des cendres carbonées, bronzage cuivré... Le Raku est devenu une expression contemporaine, éloignée de son berceau coréen et japonais.

« Chacun peut donc avoir sa définition personnelle du Raku qu'il pratique, car elle peut être synonyme de liberté et permettre la recherche de soi-même ». Christine Fabre, céramiste contemporaine

A fleur de peau, peau de terre « empreintée » au creux de la matrice originelle, puis scarifiée, cicatrisée, ritualisée... Décor du corps, vêtement chamanique, magnétisme fragile en quête de spiritualité, entre l'enfer et l'eau, la terre et le ciel.... Ces divinités sont là pour parler d'elle, de lui, du divin humain, de l'humain divin.

"Déesse"

Geneviève Verrier

Art textile

Passionnée d’histoire, elle conjugue au présent les savoir-faire traditionnels pour susciter les créations de demain. La connaissance des traditions et la maîtrise de nouvelles techniques permettent de sauvegarder ce patrimoine qui trame notre existence : le textile. Dans son atelier, elle associe les éléments et travaille les impressions pour donner du sens à la matière. Le textile est le reflet du réel, il lui donne une forme et en réhausse les couleurs. Parfumées au minéral ou au végétal, brassées à la poésie ou la peinture, ses fibres distillent une substance qui invite au recueillement et à la réflexion

« L’histoire inscrite au cœur des vieux draps, usures, reprises, déformations est le point de départ. Mes fils se mêlent aux couleurs, les textures s’imaginent lisses ou duveteuses, ondulées, granitées ou plissées au rythme de la broderie qu’elle soit faite à la main ou à la machine. Les « céramo-textiles » déroutent, les matières vous interrogent, les patines nous perdent : céramiques ou textiles... Je vous invite à un voyage au coeur de la fibre dans des paysages oniriques faits de ces matières porteuses d’histoire au rythme lent et apaisé. »


Du dimanche20 août au dimanche 27 août

Eric Delaville

Peinture

« Né à Bayeux en 1965, j’ai commencé à peindre dès l’adolescence en pratiquant la peinture classique dite «de chevalet», pour «faire mes gammes ». Petit à petit, je me suis éloigné de cette pratique.

J’avais besoin d’explorer d’autres directions, en utilisant des matériaux et techniques moins conventionnels.

J’avais la sensation de pouvoir mieux exprimer ainsi ma créativité.

Mes toiles, mi-abstraites, mi-figuratives, invitent le spectateur à contempler un univers éthéré et tellurique... »

Goudron sur toile

charlotte Dujardin

Peinture

 Donner à voir plutôt que de montrer, laisser chacun imaginer les mouvements de la toile comme autant d’interprétation personnelle, est une volonté de mon travail. » 

La Normandie, son patrimoine, son histoire et ses climats sont autant de sources d’inspiration pour ses représentations de détails architecturaux et ses toiles marines. Un vif intérêt pour le dessin technique a toujours animé sa façon de peindre, et l’importance du détail dans la représentation de bâtiment historique est sans doute hérité de ses études en architecture. Ses toiles s’articulent donc entre cette volonté de s’arrêter sur la beauté d’un recoin autant que révéler toute la force d’un univers marin.

« Pour ces réalisations, l’aquarelle a longtemps été mon seul medium mais ne possède pas toujours la densité et la tessiture que l’on peut obtenir avec des méthodes comme celle de l’huile et l’acrylique dans la représentation des paysages. D’autres techniques telles que l’injection de seringue d’encre dans des mediums et liant acrylique, facilitent le détail que ne permet pas l’huile seule. Enfin, le travail de la réflexion et de la lumière est parfois rendu possible par des méthodes de dorure à la feuille. C’est par le mélange de l’ensemble de ces techniques que j'espère capturer la puissance et l'atmosphère de l'environnement. La lumière, la couleur, la structure et surtout la composition sont fortement présentes dans mon travail. »

"Sanderling"

Jean-Luc Saint Martin

Peinture

Jean-Luc Saint-Martin a commencé à peindre à l’âge de trente ans, une fois terminées ses études de médecine. Il pratique l’aquarelle pendant une vingtaine d’années. A la suite de la visite de l’exposition Nicolas de Staël à la mairie de Paris en 1994, il décide de passer à l’huile au couteau. La densité de la pâte et les épaisseurs conviennent mieux à son caractère « opératif ».

Désormais à la retraite, il peut se consacrer plus assidûment à ce qui est devenu maintenant une véritable passion au sein de sa galerie, rue des Juifs à Granville (Manche)

Beaucoup de ses œuvres sont imaginaires. Il lui semble que quand il peint, sa main est directement reliée aux « cases mémorielles » de son cerveau et y puise de manière inconsciente les souvenirs de ses différents voyages.

« Que ceux-ci puissent susciter chez le spectateur le désir de mettre son sac sur le dos et d’aller voir ce qui se trouve derrière l’horizon…"


PROCHAINEMENT à l’espace auriac

Pâques 2024

La prochaine exposition se tiendra à PÂQUES 2024

Du samedi 13 avril au dimanche 28 avril

sur le thème :

"REFLETS"