Pâques 2020


 En raison du report de l'exposition,
la présentation des artistes et des oeuvres
est susceptible de modifications


15 artistes participent à l'exposition

NOIR/BLANC



Pierre AMOURETTE
Sculptures

Céramiste tripoteur de terre, il travaille également d'autres matériaux: bois, pierre, fer, plâtre en fonction des projets qui lui viennent à l'esprit ou des sollicitations. Si la terre s'est imposée, c'est qu’elle lui permet de travailler vite, d'aller directement à l'émotion.

. Pour ce qui est de son travail actuel, il se sent de plus en plus « potier art populaire ». A partir d'une idée, d'une image, il essaie de trouver techniquement ce qui peut la réaliser. « Plus les moyens sont simples et évidents, plus je les retiens. Je n'ai, autant que faire se peut, aucun a priori sur les moyens à employer. Je cherche à travailler sans exclure, le but est que chacun puisse avoir une lecture de mon travail. Je parie plus sur l’émotion que mes œuvres susciteraient, que sur leur interprétation intellectuelle. »



Vierges Sages, vierges folles. Amourette nous livre la douleur de ses vierges hurlantes et vociférantes. Sont-elles pour autant des femmes souffrantes d’un enfantement qui ne finit pas, confrontées à la vie, à la peur, à la mort. Pierre Amourette dont on connaît le monde baroque, ne laisse jamais indifférent.
Lydia Harambourg (Gazette de l’hôtel
Drouot)


Alice CHEDEBOIS
Céramiques

 Céramiste installée en Touraine,elle a débuté son apprentissage des arts céramiques à Olivier de Serres à Paris. Elle apprend ensuite le tournage ainsi que le décor puis  approfondit ses connaissances en suivant la formation de La maison de la Céramique de Mulhouse.

"L’architecture de cette ville, avec sa concentration d’immeubles m’inspire la série de
sculptures des « Boîtes à âmes ».
Actuellement, je façonne, au tour, un bestiaire en grès.
Le choix de l’animal, sa morphologie, son expression ainsi que sa posture sont essentiels à mes yeux.
J’aime particulièrement travailler la figure de l’oiseau.
Elle représente pour moi délicatesse, fragilité et douceur."


"La couleur blanche de la terre souligne le volume de la pièce.
L’enfumage à froid, par le chemin aléatoire de la fumée colore mes pièces et leur donne ces nuances de gris ».


Mylène COURRET
Sculptures (bas-reliefs)

« Sensible à la biodiversité et à la disparition de certaines espèces animales
j'utilise le papier pour sculpter en bas-relief quelques figures représentatives.
Je tiens à ce que ces animaux nous paraissent expressifs et provoquent en nous une émotion,
une réflexion sur le devenir du vivant.
C'est en magnifiant les animaux au travers de mes sculptures que je contribue à défendre leur cause. »



Mylène Courret nous parle de la folie des hommes, de la lente destruction de la planète.
Ses bas-reliefs sont constitués de matériaux de récupération.
Leur fragilité apparente contraste avec la puissance des sujets représentés.


Monica EPSTEIN
Dessins

Cette série, à l’encre de chine, du Mont Saint Michel a été créée à la suite de plusieurs visites réalisées à des saisons différentes, à des moments où le monument était rempli de visiteurs ou désert…

Elle rappelle une vision ancienne du monument, alors que la mousse recouvrait encore les murs et les escaliers, lui donnant un aspect plus sombre et parfois lugubre.




Murielle FARRE
Photographies

Installée en Normandie depuis une dizaine d'années, elle pratique la photographie en autodidacte :
c’est ainsi que, le plus souvent accompagnée de son petit chien, elle part à la recherche d'émotions visuelles. Son appareil photo représente pour elle l'outil qui concrétise le prolongement de ses émotions
et de ses sensations visuelles.


"Histoires de fourchettes"

Alors pourquoi cette série ? « Et bien je trouve que les lignes d'une fourchette, couvert de table au demeurant banal, sont comparables à celles du corps de la femme : lignes souples et sveltes, lignes courbes, avec des rondeurs, sans oublier un côté un peu piquant …
Le noir et blanc met en valeur toutes ces formes ainsi que leurs ombres engendrées par la lumière,
comme pour leur donner une âme.
J’ai aimé dégager cette puissance graphique ; vous ne regarderez peut-être plus votre fourchette
avec les mêmes yeux … »
nous dit-elle.


Daniel JAN
Dessins


Après être sorti de l'École des beaux-arts de Rennes, il rejoint Paris, où il s'établit comme graphiste.
Il dessine des pochettes de disques, notamment pour Dee Dee Bridgewater, Sizun, Alain Jean-Marie...
Il est illustrateur pour des magazines comme Libération, Biba, Cosmopolitan, Okapi, Astrapi, Lui, ...
En 1984, il réalise sa première affiche pour Jazz sous les pommiers.

Par ailleurs, il commence à jouer de la guitare, puis de la batterie.
Il s'installe en Mayenne en 1990 avant de retrouver la Manche, en 1993.
En 2014, une exposition temporaire au Scriptorial lui est consacrée pour célébrer ses 40 ans de compositions, souvent déconcertantes, toujours poétiques.
En 2016, il intègre la formation jazz MY Quartet du pianiste Yves-Marie Guilloux.


"Remonafon"

« En troisième année, aux Beaux-Arts, il fallait oser soutenir la thèse :

« Le Noir et le Blanc » sont aussi des couleurs !

Quel bide ! Vous n’imaginez pas !

Je persiste et ne battrai pas en r’traite. »


Dimitri KACZMAREK
Dessins

« Noir et blanc » : hésiter entre zèbre ou pingouin, rire ou tristesse, vie ou mort !...Je ne sais pas dessiner le zèbre, le pingouin m’ennuie, je supporte difficilement "l’heureux" et encore moins le "pleureux" !
Il reste bien quelques vivants et...
des amoureux
!!!»





Martine LE CORNEC
Photographies

Martine Le Cornec dirige depuis 2008 la galerie mlc avec la complicité d ’Eric-Georges Michel, plasticien,
peintre-graveur-graphiste.
Située dans l’écrin naturel de la Baie du Mont Saint-Michel, la galerie mlc a la double vocation

d’exposer des artistes qu’elle soutient, et d’animer,en son sein, un atelier de gravure.

« Les photos présentées aujourd'hui ont été réalisées pour la plupart au Vietnam et dans mon jardin à Saint Léonard en 2019. Parallèlement à la couleur que j'ai privilégiée dans nombre de mes prises de vue, je me suis intéressée à l'aspect graphique des ombres et projections sur la surface limpide des eaux vietnamiennes.
Les lacs, rivières, fleuves, plans d'eau merveilleux de la cité impériale de Hué
sont autant de grandes pages s'offrant à la dessinatrice nature."



Dans une seconde série, je lie mon dessin à la photographie, traçant d'abord l'objet de mon regard puis,
tel un truqueur d'image, je glisse ma feuille dans les branchages,
et le soleil créant l'ombre fait le reste.
 »


Pierre LEHEC
Pastels - Gouaches - Photographies


Pierre Lehec est peintre et également poète ; il travaille à Paris et en Normandie.
Depuis 1984, son travail en peinture cherche à faire correspondre les éléments premiers de la nature :
eau, terre, feu, air, dans des passages et des variations non résolus entre l’abstraction et la figuration.
Volontiers influencé par l’Orient mais soucieux de ne pas perdre l’héritage de la peinture occidentale,
il évite le descriptif.



Il travaille depuis plusieurs années sur des variations en noir et blanc de ses montagnes imaginaires et
paysages marins dans des diptyques sur papier.

Sa technique consiste à utiliser le pastel noir, l’acrylique noir et blanc et la craie blanche.
Il expose également des photographies repeintes à l’acrylique blanc en transformant l’image d’origine afin de créer une nouvelle image dans une vision fantomatique : apparition et disparition peuvent susciter
une sensation poétique de la réalité.


Marc LEPLONGEON
Pastels

“J’ai toujours dessiné mais les études et la vie professionnelle très prenantes m’ont fait délaisser le monde des crayons.
C’est grâce à Daniel Jan et aux 3 ans de cours pris avec lui que j’ai redécouvert le plaisir du dessin, puis  depuis 2015, je continue chez Akos Szabo les explorations picturales. »



"Mystique"


Eric-Georges MICHEL
Encres de Chine - Gauffrages

 Artiste plasticien polymorphe, diplômé des Beaux-Arts de Montpellier, Eric-Georges MICHEL est resté attaché, à travers ses “explorations territoriales”, à retranscrire l’“esprit de lieu”
au delà de toute alternative théorique Figuration-Abstraction.
Le vaste champ d'étude que constituent la Baie et les éléments qui la caractérisent demeure l'un de ses principaux sujets de prédilection via l'utilisation de divers médiums
tels que la gravure, la peinture ou la photographie.
En marge de travaux parfois plus expérimentaux, cette série d'études récentes à l'encre de Chine lavisée,
se veut ici, -toutes « valeurs » confondues-, une retranscription du « climat » si singulier
qu'offre la Baie dans son intemporelle immensité...
      
    "Impression d'estran au jusant" 
    Encre de Chine lavisée


                             
 
         
                             "Courants inusuels III"

                             
Gauffrage sur Johannot




MORIO
Dessins

 "Depuis mes premiers pas en qualité d’artiste plasticien, toutes mes préoccupations et pratiques plastiques s’orientent invariablement dans un questionnement sur la nature et le fondement de l’image. Dans sa nature, par sa forme physique en 2 dimensions et l’isolement qu’elle produit d’un élément. Et dans ses fondements : l’essence et l’intention de son existence. Et ce, quels que soient mes modes d’expression et le médium utilisé, (abstraction constructiviste et géométrique, dessin, photo…) l’image n’est et ne sera qu’une parcelle d’un tout. D’où le titre commun qui résume mes démarches : « L’image des images » ".


« Par cette pratique du dessin, je m’attache à rendre compte journellement d’un voyage intérieur, d’un paysage mental. Un voyage sans destination, une œuvre sans finalité, chaque dessin repoussant cette dernière. Une œuvre dans laquelle le sujet et l’objet viennent à se confondre.
Chaque dessin, tel un travail photographique, relate quotidiennement un instant du parcours accompli, un paysage vu lors de ce voyage virtuel, et tente de restituer une mer intérieure
que je souhaite partager avec le regardeur.
Et par ce petit format qui produit l’enfermement, et procure une ouverture maximale une fois le champ visuel franchi, je cherche à faire prendre la mer sans mener en bateau… c’est-à-dire une œuvre débarrassée de toute anecdote et de tout récit. Et à la notion d’infini figuré par l’horizon, je laisse au regardeur toute liberté de se créer son propre univers chromatique, son propre voyage, par l’utilisation du noir -couleur globale- sur blanc.
L’accrochage linéaire, la juxtaposition bord à bord des dessins lors de la monstration soulignent la perception de l’œuvre en continu. »



Thibaut REMUSAT
Photographies

Fils du peintre Claude Rémusat, Thibaut Rémusat a découvert la photographie à l'âge de treize ans. Son medium de prédilection est le noir et blanc et il pratique aussi bien le digital que l'argentique suivant les sujets. Sa préférence va au nu mais aucun sujet ne le laisse indifférent. Il a déjà exposé à Saint jean des Arts en 2007, au centre culturel de Pékin où il travaillait, et plusieurs fois à la Réunion, en solo ou avec d'autres photographes.





Giles TARGAT
Photographies

« Photographe et vidéaste passionné par l’architecture et les environnements humains, je vous présente un condensé de mes travaux dans un traitement noir et blanc en faisant mienne l’affirmation de Jacques Tati « trop de couleur distrait le spectateur ».
Le corpus d’images que je vous présente avec une subjectivité revendiquée s’inscrit dans la continuité de ma quête du rapport temps / espace. Le thème de la porte ou de la direction vers une issue revient fréquemment dans ce travail graphique et métaphorique.
Au fil des images, la réalité se mêle au rêve, l’industrie s’allie à la poésie et la nature se découvre des affinités avec l’urbanité la plus dévoratrice.
En éliminant les notions de couleur, le sujet prend sa force évocatrice dans son essence même, qui nous ramène à la dualité fondatrice de la création d’images qui rappelle qu’il n’y a pas d’ombre sans lumière. »


"Place des Vosges"



Michèle TREDE
Sculptures

De ses expériences antérieures dans le champ de l’art et de la culture, Michèle TRÉDÉ retient depuis son retour en Normandie celles qui ont trait directement à l’exercice de la créativité. Travaillant le bois, la pierre, la terre cuite ou le bronze depuis 2009, elle a été ainsi portée à se concentrer particulièrement sur le corps, si essentiel. Elle en est ainsi venue à aborder la question (fondamentale) du corps au travers de ses agencements, de ses postures, de ses gestes, certes ; mais surtout au travers de ses chorégraphies. Il y avait les chorégraphies ordinaires, usuelles, comme celles qui résultent des façons de se mouvoir en somme. Mais il y a aussi les performances dansées que sont les chorégraphies actuelles : Michèle Trédé parle de Pina Bausch et de nombreux autres créateurs, dont elle se nourrit. Ainsi apparaissent les figures qu’elle fait naître et surgir du métal, de la pierre ou du bois noueux récoltés dans une nature méditerranéenne.


"Liberté"
Bronze



 

 

 

 

 





 

 

 




 

 












 




 




PROCHAINEMENT à l’espace auriac

PÂQUES 2020




      En raison de la situation sanitaire
et de la fermeture des salles d'expositions,

L'exposition
"NOIR / BLANC"

   
initialement prévue du 12 au 26 avril 2020
est reportée au printemps 2021